Publié dans Culture

Is’art galerie - Performance de danse avec le chorégraphe mozambicain Panaibra Gabriel Canda

Publié le mardi, 17 juillet 2018

Certes, l’art ne fait pas encore vivre son homme dans la Grande île, mais cela n’a pas empêché les artistes de créer et de persister dans leur voie, ou encore les galeries d’exister pour que les artistes y puissent exposer et valoriser leurs œuvres. L’Is’art Galerie d’Ampasanimalo dont la propriétaire n’est autre que Tahina Rakotoarivony, partage ce même objectif de promotion des arts visuels sur le territoire malagasy, de favoriser la collaboration entre les artistes, les médias, les scientifiques et le public. Mais l’art visuel n’est pas le seul à être promu dans le centre, les autres disciplines artistiques sont également mises en valeur telles que la musique ou encore la danse.

Justement, pour ponctuer les partages d’expérience entre les artistes nationaux et étrangers, un certain Panaibra Gabriel Canda, un chorégraphe mozambicain est actuellement dans nos murs pour donner une performance de danse pour le plus grand bonheur des amateurs de danse de la Capitale. Intitulé « 20 ans de culturarte, Time and Space : the Marrabentas Solos », le show entre dans le cadre de sa tournée africaine qui bat actuellement son plein. Une occasion pour tous de pouvoir découvrir de nouvelles techniques chorégraphiques mais surtout d’explorer l’univers de l’artiste puisqu’en étant africain, il a sans doute puisé ses inspirations dans le même contexte social que le notre qui devrait sûrement donner quelque chose de fort et d’enrichissant.
Artiste engagé
Pour l’occasion, il effectuera sa performance de danseur, conteur, chorégraphe engagé, accompagné du musicien Jorge Domingos. Connu pour être un artiste revendicateur dans son art, porteur de message de paix et de requête. Lorsque les mots ne suffissent plus, dans sa pièce « (Un) Official Language », il mêle fado et danses tribales, pour revisiter l’histoire de son pays, entre émotion et revendication. Cette célèbre pièce est un vrai succès. Avec Maria João, célèbre chanteuse de jazz portugaise, le chorégraphe Panaibra Gabriel Canda a creusé le conflit de guerre civile suite à l’indépendance arrachée au Portugal en 1975 de son pays natal, qui influence la manière de ressentir, parler et penser au quotidien. Ensemble, ils ont exploré le langage de la musique et de la danse et tentent de faire resurgir par le corps, ce que l’esprit a oublié. Entre tradition et modernité, « (Un) Official Language » ne choisit pas et opte pour des formes expérimentales. Cette fois-ci, à Madagascar, il propose une autre formule avec toujours le même leitmotiv qu’il compte bien partager aux amateurs et aux professionnels. Le rendez-vous est prévu pour ce jeudi 19 juillet à partir de 19h. A propos de l’artiste, né à Maputo, Panaibra Gabriel Canta est un danseur chorégraphe précurseur de la danse contemporaine au Mozambique. D’abord séduit par le théâtre, il se tourne vite vers la danse et travaille avec des artistes renommés dont les chorégraphes Meg Stuart, Reggie Williams (Etats-Unis) et Vera Mantero (Portugal). Avec sa compagnie Culturarte fondée en 1998, il présente « Dentro de mim outra ilha » ou « En moi une autre île » en tournée européenne, en 2004. Les questions de transmission et d’héritage intergénérationnels sont au cœur de sa démarche artistique. Ses créations évoquent l'individu comme être social dans un contexte politique marqué.
T.A.

Fil infos

  • Période de pré-remaniement - Ambiance malsaine dans l’air
  • Saisine de la HCC par le Sénat - Des sénateurs fustigent Rivo Rakotovao
  • Mairie d’Antananarivo - Les dix ennemis de Naina Andriantsitohaina
  • Fonction publique - 23 437 agents de l’Etat dans une situation délicate
  • Rencontres multiples avec le président de la CENI - Démenti du Chef de l’Etat
  • Gestion de la Commune urbaine d'Antananarivo - La Fermeté du maire souhaitée par les Tananariviens
  • Ny Rado Rafalimanana - Le cynique mystificateur est de retour
  • Postes de haut responsable - L’Etat veut créer sa base de données
  • Rivo Rakotovao - L’hypocrisie à son summum !
  • Loi sur les violences basées sur le genre - Feu vert de la Haute Cour constitutionnelle

La Une

Editorial

  • Défi titanesque
    Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina donnera demain 19 janvier le coup d’envoi du reboisement national d’une envergure pharaonique jamais atteinte depuis 1960. Un travail de titan dont l’objectif vise à mettre en terre 19 millions de plants à travers tout le pays. Madagasikara doit, à la fin du premier mandat de l’actuel Président, retrouver son espace national recouvert d’arbres comme ce fut le cas auparavant. Il s’agit d’une priorité vitale pour le pays. Jadis une Ile verte avant d’être surnommée ironiquement  « l’Ile rouge » suite à la disparition inquiétante de la forêt, Madagasikara doit impérieusement retrouver son identité naturelle. Selon « Global Forest Watch », en 2017, Madagasikara est classé 4ème pays en termes de déforestation, et ce, avec 510.000 ha détruits en une année. Dans le même ordre d’idée, un rapport datant de septembre 2019 fait état d’une remarque sans appel selon quoi la déforestation à Madagasikara se trouve parmi les…

A bout portant

AutoDiff