Publié dans Culture

" Diavola " - Le 2ème album de Toko Telo, sans Régis Gizavo

Publié le mardi, 27 mars 2018

Voilà quelques mois que Régis Gizavo nous a quittés mais la mélodie de son accordéon reste gravée dans le cœur des mélomanes. Membre de plusieurs formations notamment Toko Telo, avec Monica Njava et D'Gary, il était en quelque sorte le pilier de chaque groupe dont il faisait partie. Non pas parce qu'il est connu internationalement, mais par le plus qu'il apporte à l'alliance notamment sa maturité, sa créativité et ses sonorités. Toko Telo est donc orphelin d'un grand musicien.

Mais cela n'a pas découragé les membres, un jeune musicien vient de le succéder et non pas le remplacer puisque Régis Gizavo est irremplaçable, selon Monica, la seule femme de la formation. Il s'agit du jeune Joël Rabesolo, le guitariste aux doigts de fée qui rejoint le groupe pour apporter son inspiration et son talent. Le premier album " Toy Raha Toy " sorti l'année dernière, une petite merveille de treize titres, a conquis les mélomanes du monde entier, enfin, ceux de France et des Pays-Bas. Ces derniers ont pu découvrir la Grande île sous son meilleur jour et ont eu un coup de foudre. L'opus a même été numéro un du top 10 World Music Albums de Spin The Globe’s du mois de juin 2017.
Sonorités
Après ce grand succès, et malgré la disparition de Régis Gizavo, l'aventure de Toko Telo continue et un nouvel album est déjà prêt à sortir du four. Les journalistes culturels ont été reçus comme invités d'honneur au domicile de Monica Njava pour bénéficier du privilège de la première écoute du disque. Et franchement, c'est de la bombe atomique! 10 titres tout simplement inédits...la musique malgache dans toute sa splendeur. " Diavola ", tel est l'intitulé de l'opus dont les morceaux sont composés par les membres eux-mêmes. Reflétant la culture malgache, l'album parle encore une fois de la vie quotidienne de la population surtout du Sud de la Grande île. De nouvelles compositions mais aussi des reprises de chansons notamment celles de Régis Gizavo, chantées par Monica Njava, les sonorités font plonger les mélomanes dans un autre univers. Les mélodies de guitare de Joël Rabesolo qui accompagnent parfaitement celles de D'Gary ornées par la belle voix de Monica fait de l'album un chef-d'œuvre. En tout cas, " Diavola " promet d'émerveiller les amateurs de bonne musique. " Beaucoup se poseront des questions sur le choix de Joël Rabesolo. Tout simplement parce que je n'aurais pas besoin d'un autre accordéoniste pour jouer à mes côtés car ce serait difficile de s'adapter à d'autres styles. Et puis, on ne cherche pas un autre musicien qui jouerait de la même façon que D'Gary car lui-même est individualiste dans son style. Joël est donc le musicien idéal puisqu'il s'adapte dans tous les genres musicaux mais il a aussi son inspiration qui est complémentaire au nôtre ", explique Monica Njava. L'album, enregistré et produit par Anio records est donc le fruit du travail acharné des trois membres.
T.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM
  • Projet rocade Est et Nord-Est - Enfin le lancement officiel
  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente
  • Grande Messe à Toamasina - Le Cardinal Tsarahazana crève l’abcès sur les mensonges d’Etat
  • Secteur énergétique - Haro du SEFAFI sur les mauvaises pratiques

Editorial

  • Horizon…2019 !
     Emergence, terme fétiche en cette fin de mandat du régime en place. Tellement, les barons aux cravates bleues terminent leur funeste parcours en coulant le pays. On dit qu’un objet émerge quand il remonte en surface et se trouve en contact avec l’air. Pour un homme, entièrement sous l’eau, le terme « émergence » indique pour lui l’idée d’une remontée en surface et lui offre la possibilité de pouvoir respirer l’air. Madagascar, en cinquante-huit ans d’indépendance, sauf la petite parenthèse des années 60, ne cessa de dégringoler. Une descente aux… enfers qu’aucun régime démocratiquement élu n’avait pas pu stopper tout au moins ralentir. En effet, à partir des années 70, le « navire Madagascar » commença à prendre de l’eau. Le comble du malheur, le drame s’aggrave d’année en année. La Deuxième République, le principal tombeur du pays, détruit tout. La dictature rouge de l’Amiral Didier Ratsiraka coula la Grande île. Le régime socialiste…

A bout portant

AutoDiff