Publié dans Culture

Littérature - Célébration du centenaire de trois grands poètes

Publié le mercredi, 07 février 2018

L’union des poètes et écrivains malgaches l'Havatsa-Upem a célébré l'année dernière ses 65 ans d'existence. Un demi-siècle et plus dans la promotion de la littérature, de la langue et de la culture malagasy, on peut dire que l'association a dû surmonter beaucoup d'épreuves pour pouvoir arriver à ce stade. Plusieurs événements ont été organisés dans diverses localités tous les ans pour atteindre leur objectif. Parmi ces manifestations figure la semaine de l'Havatsa-Upem.

Durant l'événement, les visiteurs, à travers l’exposition qui s’y tient, peuvent donc connaître davantage l’association ainsi que ses membres. Le parcours, la bibliographie et quelques-unes des œuvres des membres y sont dévoilés. Une exposition tout aussi intéressante qu’instructive. Selon certains, l'Havatsa-Upem regroupe uniquement des personnages âgées ou ayant évolué dans le milieu littéraire depuis une dizaine d'années. Il faut dire que c'est un préjugé car même si des auteurs spécialistes de la littérature et des figures comme Désiré Ramakavelo, Razafiarivony Wilson ou encore Iharilanto Patrick Andriamangatiana y sont membres, il y a également des jeunes pousses de la littérature qui intègrent l'union chaque année. Des nouveaux poètes animés par leur amour de la poésie et les belles lettres.
Mais  comme les autres associations à but non lucratif, l'Havatsa-Upem rencontre souvent des problèmes financiers, des difficultés provoquant plusieurs impacts dans l’accomplissement de leurs tâches artistiques.  « Nous ne recevons aucune aide venant de l’extérieur. Nous n’avons que les cotisations et les diverses manifestations pour payer les frais de nos activités qui sont encore très pesants. En effet, chaque poète produit lui-même ses livres et les vend ensuite pour offrir sa contribution dans la promotion de l’association », confie un membre de l'association.
Centenaires
Mais toujours dans le cadre de cette discipline, cette année, l'association organisera des événéments pour célébrer le centenaire de Célestin Andriamanantena. Ceci se déroulera du 19 au 21 février dans divers lieux de la Capitale. Exposition relatant l'histoire de l'écrivain ainsi que ses oeuvres, émission télévisée et bien d'autres activités seront encore au menu pendant ces 3 jours. Frère du poète Rado, il a été élève à l'école Paul Minault d’Antananarivo, puis à l'école de journalisme à Strasbourg. Dans les années 1960, il fonde avec son frère le seul hebdomadaire littéraire et satirique, Hehy, dont il est le directeur et rédacteur pendant 29 ans. Il fut un temps président de l'Ordre des journalistes de Madagascar et membre de l'Organisation internationale des journalistes. Ecrivain, il a laissé plus de 300 poèmes, dont le recueil « Bitsiky ny martiora », des pièces de théâtre en faveur du nationalisme et de l'évangélisation, et plusieurs romans. Il a aussi été président de l'Upem à partir de 1991, succédant à Régis Rajemisa-Raolison. A ce titre, il change le nom de l'association qui devient Havatsa-Upem. En 1992, il crée le journal littéraire Valiha. Il est également compositeur de musique. Par ailleurs, le 21 février, également journée internationale de la langue maternelle, une manifestation sera consacrée à Ener Lalandy à l'Alliance française d'Antananarivo. Le 22 février, ce sera E.D Andriamalala qui sera au centre de la célébration, à l'Académie malagasy, Tsimbazaza. Ce dernier célèbre également son centenaire. Par la même occasion, la semaine de l'Havatsa-Upen débutera en fanfare. Toujours dans le cadre de la commémoration, d'autres événements seront parallèlement organisés le mercredi 21 février prochain. L'un se tiendra dans la Commune d'Imerintsiatosika à partir de 14h et l'autre dans le Centre de lecture et d’activités culturelles (Clac) d’Arivonimamo, vers 16h.
T.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Ecole nationale de la magistrature - La Cnidh exige une annulation des examens
  • Andry Rajoelina Pas d’excuses pour Rajaonarimampianina
  • Sefafi - Les caméléons politiques au pilori !
  • Epidémie de peste - Le pire est à venir
  • Team Building gouvernemental - Mahafaly Olivier Solonandrasana tacle Rolly Mercia
  • Agence Malagasy de développement économique - Peu de réalisations concrètes
  • Team building à Mantasoa - Au bord d’un lac artificiel entouré d’énigmes
  • Energie verte - Mialy Rajoelina, leader de l'Afrique
  • Gouvernement - Un « team building » sous le signe de l’hypocrisie
  • Commune urbaine d’Antananarivo - Grosse inquiétude sur le salaire de février

La Une

Editorial

  • Mauvais augure
    Signal raté. De source bien informée, les autorités en tant que supérieurs hiérarchiques, auraient (le conditionnel est de rigueur) refusé la démission du directeur général de l’Autorité de la régulation des marchés publics (Armp), Philibert Tovoherihavana. En effet, le Dg de l’Armp, sous la pression des attaques virulentes de l’opinion à travers les réseaux sociaux et celles de la presse audio-visuelle et écrite, aurait (toujours au conditionnel) déposé auprès de madame le ministre des Finances et du Budget (Mfb) la demande qu’il soit écarté de ses fonctions. Le Mfb, Mme Vonintsalama Andriambololona, le patron, aurait apposé une fin de non-recevoir à la requête.  A notre humble niveau et si les erreurs s’avéraient exactes, nous ne pouvons que reconnaître la noblesse d’esprit du Dg incriminé. Il mettrait en avant le respect de l’éthique et de la déontologie de la responsabilité. Une charge aussi complexe que stratégique comme celle de la gestion…

A bout portant

AutoDiff