Publié dans Culture

Littérature - Célébration du centenaire de trois grands poètes

Publié le mercredi, 07 février 2018

L’union des poètes et écrivains malgaches l'Havatsa-Upem a célébré l'année dernière ses 65 ans d'existence. Un demi-siècle et plus dans la promotion de la littérature, de la langue et de la culture malagasy, on peut dire que l'association a dû surmonter beaucoup d'épreuves pour pouvoir arriver à ce stade. Plusieurs événements ont été organisés dans diverses localités tous les ans pour atteindre leur objectif. Parmi ces manifestations figure la semaine de l'Havatsa-Upem.

Durant l'événement, les visiteurs, à travers l’exposition qui s’y tient, peuvent donc connaître davantage l’association ainsi que ses membres. Le parcours, la bibliographie et quelques-unes des œuvres des membres y sont dévoilés. Une exposition tout aussi intéressante qu’instructive. Selon certains, l'Havatsa-Upem regroupe uniquement des personnages âgées ou ayant évolué dans le milieu littéraire depuis une dizaine d'années. Il faut dire que c'est un préjugé car même si des auteurs spécialistes de la littérature et des figures comme Désiré Ramakavelo, Razafiarivony Wilson ou encore Iharilanto Patrick Andriamangatiana y sont membres, il y a également des jeunes pousses de la littérature qui intègrent l'union chaque année. Des nouveaux poètes animés par leur amour de la poésie et les belles lettres.
Mais  comme les autres associations à but non lucratif, l'Havatsa-Upem rencontre souvent des problèmes financiers, des difficultés provoquant plusieurs impacts dans l’accomplissement de leurs tâches artistiques.  « Nous ne recevons aucune aide venant de l’extérieur. Nous n’avons que les cotisations et les diverses manifestations pour payer les frais de nos activités qui sont encore très pesants. En effet, chaque poète produit lui-même ses livres et les vend ensuite pour offrir sa contribution dans la promotion de l’association », confie un membre de l'association.
Centenaires
Mais toujours dans le cadre de cette discipline, cette année, l'association organisera des événéments pour célébrer le centenaire de Célestin Andriamanantena. Ceci se déroulera du 19 au 21 février dans divers lieux de la Capitale. Exposition relatant l'histoire de l'écrivain ainsi que ses oeuvres, émission télévisée et bien d'autres activités seront encore au menu pendant ces 3 jours. Frère du poète Rado, il a été élève à l'école Paul Minault d’Antananarivo, puis à l'école de journalisme à Strasbourg. Dans les années 1960, il fonde avec son frère le seul hebdomadaire littéraire et satirique, Hehy, dont il est le directeur et rédacteur pendant 29 ans. Il fut un temps président de l'Ordre des journalistes de Madagascar et membre de l'Organisation internationale des journalistes. Ecrivain, il a laissé plus de 300 poèmes, dont le recueil « Bitsiky ny martiora », des pièces de théâtre en faveur du nationalisme et de l'évangélisation, et plusieurs romans. Il a aussi été président de l'Upem à partir de 1991, succédant à Régis Rajemisa-Raolison. A ce titre, il change le nom de l'association qui devient Havatsa-Upem. En 1992, il crée le journal littéraire Valiha. Il est également compositeur de musique. Par ailleurs, le 21 février, également journée internationale de la langue maternelle, une manifestation sera consacrée à Ener Lalandy à l'Alliance française d'Antananarivo. Le 22 février, ce sera E.D Andriamalala qui sera au centre de la célébration, à l'Académie malagasy, Tsimbazaza. Ce dernier célèbre également son centenaire. Par la même occasion, la semaine de l'Havatsa-Upen débutera en fanfare. Toujours dans le cadre de la commémoration, d'autres événements seront parallèlement organisés le mercredi 21 février prochain. L'un se tiendra dans la Commune d'Imerintsiatosika à partir de 14h et l'autre dans le Centre de lecture et d’activités culturelles (Clac) d’Arivonimamo, vers 16h.
T.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ
  • Promulgation des lois électorales - La Constitution violée pour la énième fois
  • Négociateur du HVM - Maharante Jean de Dieu, une personnalité clivante
  • Initiative pour l'Emergence de Madagascar - Un premier forum international à Antananarivo

Editorial

  • Point de droit
    Aristote (384-322), un philosophe de la Grèce antique, l'auteur de la célèbre pensée « l'homme est un animal politique », dans son exposé thématique sur la vertu, prônait le concept du « juste milieu ». Il invitait toujours l'homme à chercher la médiane entre un « par défaut » et un « excès ».Une philosophie qui avait largement contribué ou influencé à la conception de la pensée occidentale. Une sagesse que le monde de l'Ouest, par la voie du dialogue, tente de prioriser autant que possible. La recherche du consensus marque les progrès dans toute démarche de règlement de conflit. On bannit toute tentative au fanatisme et à l'intégrisme.

A bout portant

AutoDiff