Publié dans Culture

Compagnie Lovatiana - Des actions de sensibilisation dans les écoles primaires publiques

Publié le vendredi, 10 novembre 2017

La compagnie Lovatiana utilise la danse comme un levier de développement. Pour ce faire, elle a mis en place un grand projet à long terme intitulé « Kilokolo » ayant comme objectif la sensibilisation au civisme et à la citoyenneté auprès des élèves et même des enseignants.  L’année dernière, plusieurs établissements ont pu jouir des formations et ateliers organisés par la Compagnie. Sur cinq mois, plusieurs activités se sont développées grâce à l’équipe pédagogique de Kilokolo et au soutien de ses différents partenaires.

Des écoles primaires ont été sélectionnées dans la capitale pour participer à ces activités artistiques initiées par la compagnie Lovatiana. S’orientant vers l’art, la promotion du droit des enfants s’est développée à travers des ateliers de danse, de théâtre, de chant et également de cirque. Les bénéficiaires sont des élèves de 6 à 15 ans, excepté ceux qui sont en classe d’examen. Actuellement, la Compagnie continue ses actions de sensibilisation à travers les ateliers artistiques, toujours avec des équipes professionnelless. Ainsi, depuis le mois d’août, la compagnie Lovatiana a organisé un programme de formation à destination des enseignants et éducateurs spécialisés  sur Antananarivo ville et dans la ville d’Eaux. 

Restitutions

Plusieurs établissements scolaires ont répondu favorable à ce programme avec l’aval de la Cisco et le soutien de Cbm Madagascar, partenaire du projet. En effet, les enseignants et éducateurs qui ont suivi la formation devront mettre en pratique leur acquis durant l’année scolaire 2017-2018 dans leurs lieux de fonction.  « Après la formation pédagogique et artistique d’une semaine, dispensée par l’équipe pédagogique de Kilokolo,  une semaine d’accompagnement  des enseignants se fera également au niveau  de chaque établissement scolaire pour la préparation de la restitution publique. Une première étape d’évaluation sera effectuée ce mois-ci, plus précisément le samedi 18 novembre durant la restitution des ateliers. Les enseignants devaient mettre en pratique leurs acquis dès la rentrée scolaire et ils vont tous présenter un spectacle. Un spectacle à thème dont chacun est libre de choisir. A noter que nous avons enregistré une cinquantaine d’enseignants et presque 350 élèves  issus de 9 EPP et 5 centres spécialisés bénéficiaires de ce programme », explique un responsable. Après les ateliers et formations, une restitution sera organisée à l’Epp Antanimena le samedi 18 novembre pour Antananarivo et le jeudi 23 novembre au Tranompokonolona Antsirabe pour Antsirabe. Les artistes et chorégraphes professionnels ayant participé aux ateliers et formations participeront eux aussi à ces restitutions dont le programme ne se limite pas seulement à un spectacle de danse, mais également à une sensibilisation su public sur le civisme et la citoyenneté.

T.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff