Publié dans Culture

Mois de la photo – Sar’nao 2017 - Sur le thème de la revalorisation de la culture malgache

Publié le mardi, 07 novembre 2017

Depuis plusieurs années, mois de novembre rime avec photographie. Fidèle au rendez-vous, et tout en gardant ses principes d’échange et de valorisation du 8ème art, le mois de la photo, plus connu par Sar’nao pour cette année, s’annonce grandiose avec une riche programmation à proposer pour les amateurs.

Pour cette nouvelle aventure, les organisateurs ont choisi de  revaloriser l’identité culturelle malgache dans sa spécificité, bien sûr à travers l’art de la photographie. Ainsi, des expositions ainsi que des concours seront au menu pour cette édition 2017 du festival. On cite entre autres l’exposition de l’Agence nationale d’information Taratra ou Anta qui va dévoiler près de 150 clichés sur la richesse de la culture malgache à travers une série d’expos. « On dit toujours que l’histoire est un éternel recommencement ou encore on n’apprend pas assez de l’histoire. Nous restons convaincus que la valorisation d’un tel patrimoine permettrait à chaque Malgache de mieux connaitre et d’assoir son identité mais aussi et surtout de tirer des leçons de son histoire pour aller de l’avant », a affirmé un responsable au sein de l’agence. Effectivement, Avec son statut d’Agence nationale, elle a assuré et assure la préservation des archives photographiques de l’histoire politique et culturelle de la Nation et la promotion de leur accès auprès de la jeune génération. Et demeure également la mémoire nationale en matière de photographies.
« Nous estimons qu’il est temps que nous retournions à nos sources. Nous sommes tellement accaparés par la culture étrangère que nous oublions la nôtre », explique Fidisoa Ramanahadray, coordinateur du festival.
Revalorisation
Dans le cadre de ce mois de la photo, professionnaliser la discipline figure parmi les objectifs des organisateurs. Comme le cas du secteur du cinéma, un comité de professionnels de la photographie sera mis sur pied afin d’accoucher d’une vision commune pour la professionnalisation du métier. D’autant que la finalité de la politique nationale du cinéma et de l’image animée est de faire de cet art et de l’image animée un nouveau levier de développement socioéconomique et culturel de Madagascar. Un domaine prometteur, les acteurs de la chaîne contribuent non seulement à la mise en relief de l’identité culturelle malgache, mais ils affichent également leur cohésion tout en prônant l’ouverture aux autres. Par ailleurs, un concours sera également organisé par le comité d’organisation pour les addicts, aussi bien amateurs que professionnels de 8ème art de la Grande île. Le thème choisit est « Le portrait traditionnel malgache ». Ainsi, les participants doivent véhiculer dans leurs clichés les richesses culturelles des différentes ethnies de Madagascar. « Dans les portraits qu’ils réaliseront, nous devons retrouver des bijoux, coiffures ou tenues traditionnelles représentant la région ou l’ethnie choisie », annonce Fidisoa Ramanahadray. L’objectif étant d’immortaliser nos patrimoines culturels à travers la photographie. La date limite de l’inscription est pour le 20 novembre prochain. Ceux qui veulent y participer pourront jeter un coup d’œil dans le site www.asart.mg. A noter que l’envoie des dossiers de candidature se fait par email. Avis aux passionnés.
T.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM
  • Projet rocade Est et Nord-Est - Enfin le lancement officiel
  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente
  • Grande Messe à Toamasina - Le Cardinal Tsarahazana crève l’abcès sur les mensonges d’Etat
  • Secteur énergétique - Haro du SEFAFI sur les mauvaises pratiques

Editorial

  • Horizon…2019 !
     Emergence, terme fétiche en cette fin de mandat du régime en place. Tellement, les barons aux cravates bleues terminent leur funeste parcours en coulant le pays. On dit qu’un objet émerge quand il remonte en surface et se trouve en contact avec l’air. Pour un homme, entièrement sous l’eau, le terme « émergence » indique pour lui l’idée d’une remontée en surface et lui offre la possibilité de pouvoir respirer l’air. Madagascar, en cinquante-huit ans d’indépendance, sauf la petite parenthèse des années 60, ne cessa de dégringoler. Une descente aux… enfers qu’aucun régime démocratiquement élu n’avait pas pu stopper tout au moins ralentir. En effet, à partir des années 70, le « navire Madagascar » commença à prendre de l’eau. Le comble du malheur, le drame s’aggrave d’année en année. La Deuxième République, le principal tombeur du pays, détruit tout. La dictature rouge de l’Amiral Didier Ratsiraka coula la Grande île. Le régime socialiste…

A bout portant

AutoDiff