Publié dans Culture

Groupe Jaojoby face à la peste - « C’est un manque de responsabilité ! »

Publié le lundi, 09 octobre 2017

C’est maintenant officiel, le groupe Jaojoby ne participera finalement pas au grand festival Kreol aux Seychelles qui débutera du 23 au 29 octobre prochains. Apparemment, la peste fait encore des malheureux et le roi du Salegy fait partie des victimes. Selon ce dernier, l’organisateur de la manifestation a pris la décision d’annuler la participation de la formation à cause de l’épidémie de peste qui sévit à Madagascar. D’ailleurs, il a fait en sorte de n’inviter aucun artiste de la Grande île pour que l’épidémie ne se propage dans l’île voisine.

Une décision qui a frustré plus d’un mais qui semble être juste car le pays tient à la santé de sa population, pas comme à Madagascar où la saleté est devenue le quotidien des malgaches. C’est en effet un choc mais aussi une triste nouvelle pour le leader du groupe. Il n’a pas attendu longtemps pour exprimer son chagrin sur les stations audiovisuelles.
Mauvaise réputation
Il a affirmé dans une interview que cela le désole et que ça provoquera une fois encore une mauvaise image de Madagascar. En effet, selon lui, l’épidémie de peste sévit dans la Grande île à cause d’un manque de responsabilité mais surtout une totale négligence des dirigeants. « C’est une honte pour le pays ! Ça me fait de la peine que l’insalubrité fait actuellement partie de la vie quotidienne des malgaches. C’est devenu une habitude pour nous de voir la ville malpropre et nous payons les conséquences.  Venez faire un tour dans mon quartier et ses alentours, les déchets remplissent chaque coin de rue sans que personne ne prenne conscience de les enlever. Ambohipo empeste la maladie et ce à cause de la malpropreté. En disant cela, je n’accuse personne mais à mon humble avis, c’est notre devoir à tous de prendre les mesures nécessaires. Les dirigeants devront aussi faire autant », confie l’interprète de « Malemilemy ».
Une chance ratée
Ainsi, le groupe ne sera pas sur la grande scène pendant la clôture du festival consacré à la musique de l’Océan Indien dont Madagascar devrait être en tête d’affiche. C’était pourtant une chance pour Madagascar de faire résonner sa musique sur une grande scène Seychelloise. A noter que le festival Kreol est un évènement haut en couleur qui se vit intensément dans tout l'archipel. Instaurée depuis bientôt 30 ans, la manifestation promet chaque année rythmes et couleurs, dans une effervescence qu'on ne saurait décrire ! C'est l'occasion pour les communautés du pays de mettre en avant la « créolité » qui fait leur singularité. Au-delà des paillettes, cette célébration se retrouve, le temps du festival, dans tous les aspects du quotidien des habitants. De la cuisine à l'habillement, en passant par la danse et la décoration, l'évènement fait de chaque recoin de l'archipel un monde fabuleux. Dans tous les cas, il faut que le gouvernement s’active au plus vite pour maîtriser cette peste qui gâche des choses un peu plus chaque jour.
T.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff