Publié dans Culture

Art plastique - Natoa dévoile ses tableaux sur verre à l’Ikm

Publié le lundi, 10 juillet 2017

L’année dernière, le peintre a fait parler de lui plusieurs fois durant des expositions qu’il a organisées un peu partout, surtout dans la Capitale. Il a notamment exposé au Cercle Germano-Malagasy (Cgm) et dans d’autres galeries comme à la Village de la Francophonie afin que le grand public puisse reconnaître et découvrir son talent. Et oui… on parle d’exploration  car Natoa Rasolonjatovo est un artiste hors pair. En effet, il est l’un des rares peintres à s’aventurer sur un support autre que la toile.

Cette année, le jeune peintre nous revient avec une exposition intitulée « M’art’evaka » qui aura lieu à partir de ce jour  et jusqu’au 21 juillet prochain à l’Ivotoeran’ny Kolotsaina Malagasy (Ikm) Antsahavola. Il s’agit d’une exposition qui veut mettre en avant la couleur étant donné que l’intitulé de la manifestation même est un jeu de mot de « Marevaka », littéralement « Couleurs vives ». Effectivement, certaines personnes aiment porter des couleurs vives: habits, accessoires et sacs... ça a tendance à attirer les yeux servant toutefois à se démarquer des autres. « Quand on s'éloigne de quelques kilomètres de la ville ou dans les autres provinces et régions, on retrouve toujours ce penchant pour les trucs voyants », relate Natoa Rasolonjatovo. Un constat qui a créé un déclic chez le jeune homme. C'est de ce déclenchement que lui est d'ailleurs venue l'idée de tenir une expo sur ce thème inédit. Les amateurs de 3ème art pourront ainsi voir des œuvres sortant quasiment de l’ordinaire.

Technique

En effet, pour peindre sur vitre, il est impératif d’être le plus attentif possible afin de ne pas endommager le support. Certes, tout peintre confirmé dira qu’il est évident que l’attention est impérative lorsqu’on tient le pinceau. La particularité de cette technique de Natoa réside dans le fait qu’il est obligé de peindre à l’envers pour avoir un rendu final à l’endroit. Il appelle cela l’ « effet miroir ». Une technique qu’il a vite fait de maîtriser, peut-être parce que le jeune homme est tout simplement un bon gaucher. Ainsi, une dizaine de tableaux, voire même plus seront exposés sur les murs de l’Ikm. « M’art’evaka » est la énième exposition du jeune peintre. Le thème sur lequel Natoa se penche reste le même que pour ses précédentes expositions. Cependant, cette fois-ci, il met l’accent sur les couleurs vives qui sont le plus souvent visibles en milieu rural. Comme la plupart de ses amis peintres, Natoa a également choisis de relater une 

partie du quotidien de la société malgache avec ses magnifiques œuvres. « Il y a par exemple le tableau dénommé Vôtiry représentant ces carrosses tirées par les chevaux que les marchands d’Anosibe prennent chaque matin, ou encore Lambahoany représentant les femmes de la côte faisant leurs courses quotidiennes », confie l’artiste. Le vernissage de l’expo se tiendra ce jour.

Natoa Rasolonjatovo, pour les non-initiés, a commencé la peinture à l'âge de 11 ans et tenu sa première exposition solo à 14. Passionné, il a toujours cherché la technique qui le distinguerait de ses aînés et de tous ceux qui évoluent déjà dans le milieu de l'art, comme lui. Aujourd'hui, il semble enfin avoir trouvé ce style qui lui est propre : la peinture sur verre que les amateurs pourront apprécier.

T.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Séjour irrégulier à Madagascar - L'Etat joue avec le feu
  • Ambanja - Recrudescence de vol de vanille immature
  • Affaire « Villa Elisabeth » - Plusieurs individus auditionnés par le Bianco
  • Salon international de l'habitat - Evolution du professionnalisme des acteurs de la construction
  • Antsakabary - L'exaction policière filmée
  • Coliseum Antsonjombe - La Première dame snobe les collégiens
  • Commune urbaine d’Antananarivo - Vivement le contrôle du Bianco et de l’Ige, selon le deuxième adjoint au maire
  • Etablissements scolaires publics - Rajaonarimampianina infantilise le peuple
  • Analamahitsy - Tentative d'assassinat sur un ressortissant français
  • Avant -projet de Code électoral - Des partis politiques maintiennent leur pression sur le gouvernement

La Une

Editorial

  • Et ça continue !
    La série noire continue ! Elle s'aggrave même ! Antananarivo rejoint le triste record des violences, à mains armées, de certaines villes latino-américaines. Kidnappings, rapts et règlements de compte entre factions rivales font, ces derniers temps, le quotidien de la Capitale.Madagascar, une plaque tournante des trafics dans l'océan Indien et un passage obligé des grands circuits internationaux, risquerait fort d'être transformé en champ de bataille où les luttes, sans merci, d'influences entre les grandes puissances feraient rage.

A bout portant

AutoDiff