Publié dans Culture

Symposium sur les colorants naturels - 65 experts issus de 24 pays attendus à Antananarivo

Publié le mardi, 09 mai 2017

Cela fait dix ans qu’a eu lieu à Hyderabad, en Inde, le Congrès mondial sur les teintures naturelles. Ce congrès a marqué le début d’une série de rencontres mondiales du même type, en Asie et en Europe. C’est dans le même esprit que va avoir lieu à Antananarivo, du 15 au 21 mai 2017, le symposium dédié aux colorants naturels « Plantes, Ecologie et Couleurs ».

Il sera axé sur les civilisations et pays du pourtour de l’océan Indien. Cette initiative contribuera au mouvement global vers le développement durable à travers la création, la production, le commerce et la consommation de produits naturels issus des matières premières renouvelables. Une soixantaine d’experts nationaux et internationaux, issus de 24 pays participeront à ce congrès, entre autres les 50 artisans issus des 22 Régions de Madagascar et de 12 pays. Dans le cadre de ce festival, des ventes-expositions et ateliers axés sur les colorants et teintures naturels, les plantes tinctoriales, les matières premières renouvelables, des pratiques écologiques et environnementales telles que les plantes médicinales, cosmétiques, alimentaires, textiles... auront lieu à l’Institut français de Madagascar (Ifm) à Analakely, à la Bibliothèque nationale à Anosy ou encore à l’Alliance française d’Antananarivo (Aft), sise à Andavamamba.
 « Des arbres et des hommes : histoires intimes »
En attendant ces événements, une exposition se tient à l’Ifm depuis hier. Intitulée « Des arbres et des hommes : histoires intimes », cette exposition initiée par Andrée Ethève met en scène les arbres et les plantes, dans ce qu’ils offrent de plus intime à l’homme : leurs bois, leurs fibres, leurs sucs au pouvoir colorant. On y trouvera également les sculptures teintes, les bois gravés, ciselés et retravaillés de la forêt d’Ankarafantsika, ainsi que des rabanes et ikats de raphia, teints et présentés avec les plantes tinctoriales relatives à leurs couleurs. Cette artiste, artisane, tisseuse professionnelle est originaire de Mahajanga. Andrée a d’abord suivi un cursus d’ingénieur en aviation civile. Puis, sa passion la rattrape et elle bifurque vers des études artistiques, sept ans de beaux-arts, un apprentissage avec un maître tisseur à Lyon (France). S’ensuivent 25 années de tissage professionnel, puis un retour sur l’île rouge à la fin des années 90. Elle fonda ensuite l’entreprise « Terre La » dans la Région de Boeny. Cette exposition  est visible au public jusqu’au samedi 27 mai prochain.
Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

La Une

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff